Comment fonctionne le moteur roue ?

Depuis son lancement, le vélo électrique gagne de plus en plus de terrain dans le marché de vélo. Efficace pour les différents parcours, le fait d’être assisté en matière de pédalage permet de bénéficier de nombreux avantages surtout si le moteur est directement couplé à une roue. Découvrez le fonctionnement.

Principe général d’un moteur roue

Le principe d’un moteur roue repose en effet sur le fait que vous devriez créer une quantité d’énergie pour charger le moteur et ensuite pouvoir l’utiliser pour propulser tout le système sans pédaler. Vous pouvez ensuite contrôler les différents paramètres pour aboutir à la puissance et la vitesse voulue. Ce principe s’applique à tous les types de moteurs installés sur un vélo, que ce soit un moteur roue ou un moteur pédalier tout en sachant que le choix d’emplacement dépend entièrement du type de propulsion souhaitée.

Dans le cas où vous choisissez d’installer un kit de moteur roue sur votre vélo, sachez que vous aviez le choix d’emplacement. En effet, il peut être placé à l’arrière ou à l’avant du vélo en fonction de vos préférences d’utilisation tout en restant dans le but de faciliter votre usage du vélo.

Les différents éléments qui entrent en jeu

Pour arriver à la propulsion de votre vélo, le moteur roue a besoin de plusieurs éléments.

  • Une roue motrice électrique

En effet, le moteur se trouve directement au niveau d’une roue pour permettre à votre vélo de rouler sans pédalage. La roue motrice doit être adaptée au vélo et va fonctionner en fonction des informations recueillies au niveau des différents capteurs et du contrôleur. Le système de rouage libre permet également de débrayer le moteur sans être freiné quand vous décidiez de reprendre le pédalage. 

  • Un capteur pédalier

C’est l’élément qui permet d’activer automatiquement le moteur lorsque vous pédalez. Le capteur digital vous permet de profiter de plusieurs modes d’assistance par le biais d’un système numérique, tandis que le capteur analogique se contente de suivre votre pédalage. Le capteur peut également être substitué par un accélérateur.

  • Un contrôleur

Le contrôleur sera le cerveau de votre installation. Il sera chargé de piloter le moteur en fonction de vos besoins en assistance. Il reçoit des informations venant du capteur pédalier ou du boîtier de guidon.

  • Un écran de contrôle

C’est l’outil qui permet de paramétrer votre kit électrique pour se conformer à vos besoins en propulsion.

  • Une batterie

Pour alimenter le tout, il vous faudra équiper le vélo d’une batterie capable d’assouvir vos besoins en autonomie et en puissance

La différence entre l’emplacement du moteur

Pour des raisons de simplicité d’utilisation et d’entretien, les roues motrices à l’avant sont plus sollicitées. En effet, cet emplacement permet à l’installation de ne pas interférer dans le pédalage. D’un coup d’accélération, vous pouvez de suite reprendre votre allure après s’être arrêté. Cependant, la traction est plus difficile en cas de montée et de descente.

Par contre, les roues motrices à l’arrière procurent plus de puissance et de rapidité même avec le système de débrayage. Elles sont plus avantageuses pour la propulsion.